PASSION EQUITATION

MURMURE À L'OREILLE D'UN ÉTALON

par Redac le 30-11-2010  post 0 lien

Cette année, Elodie Coisy (24 ans) a réalisé son rêve : devenir propriétaire d’un pur-sang arabe.


JPEG - 56.8 ko
Ouragan
Elodie Coisy (24 ans) et son étalon pur-sang arabe Ouragan des flots, dans son pré à Gournay.

Comme tous les passionnés d’équitation, Elodie Coisy rêvait de monter son propre cheval. "J’ai appris en club équestre, passer quelques galops (examens) puis je me suis lassée de faire du cheval dans un manège. et la compétition ne m’intéressait pas. J’avais envie de promenades dans la nature. J’ai donc tout arrêter il y a dix ans."

Avec le temps, l’appel de l’équitation a grandi et devenir propriétaire était une envie toujours plus forte. “Je regardais de plus en plus les annonces de ventes de chevaux sur Internet, mais je ne pouvais pas me lancer dans l’aventure financièrement.” Il y a deux ans, Elodie a créé une auto-entreprise d’onglerie à domicile. Rapidement, elle se fait connaître et la clientèle se fidélise. "Mon projet a pu alors se concrétiser. En début d’année, je suis tombée sur une annonce plutôt rare : un pur-sang arabe à vendre. Je suis allée dans l’Allier pour rencontrer cet étalon. Après la visite interminable de l’élevage, j’ai enfin vu Ouragan et ça a été le vrai coup de foudre. Mon rêve s’est enfin réalisé le 6 février 2010."

Après dix années sans être montée à cheval, le challenge est un peu fou, surtout que l’étalon de 8 ans n’est pas débourré (dressé pour être monté). "C’est un cheval qui n’a pas fait grand chose de sa vie, mise a part quelques entrainements de show (concours de beauté). Il a vécu en pension dans un élevage, l’ancien propriétaire n’avait pas le temps de s’en occuper. Il a donc fallu partir de zéro, et lui apprendre comme à un poulain !" Et le parcours n’a pas été simple. "En avril, j’ai commencé le débourrage avec une soit disant “pro”, mais qui au bout de deux mois a jeté l’éponge. Ouragan est très craintif et le moindre geste lui fait peur. J’ai fait appel à un centre privé spécialisé dans les chevaux difficiles. Ouragan est parti en pension et au bout de six semaines, on me disait qu’il était inmontable."

JPEG - 62.8 ko
Ouragan
Le débourrage d’Ouragan a été long et difficile, mais aujourd’hui, la complicité entre Elodie et sa monture est réelle.

Elodie a alors eu un gros moment de doute, mais ne souhaitait pas d’en séparer. "Une complicité était vraiment née entre lui et moi. J’ai alors pensé à la méthode éthologique, mais recourir aux services d’un chuchoteur était au dessus de mes moyens. A force de rechercher, j’ai fini par trouver Ulrick l’ami d’une amie, passionné d’équitation et qui avait débourré plusieurs chevaux sauvages dont le sien. Il a accepté le défi en août et au bout de quinze jours de travail, on pouvait monter Ouragan normalement. Ensuite, il a fallu lui apprendre les bases : les transitions entre les allures et surtout l’arrêt. J’ai fait ma première balade avec lui en septembre. J’avais une petite appréhension, mais finalement ce fut un vrai bonheur ! Mise à part la peur bleue des vaches et des plaques d’égout, Ouragan s’est très bien comporté. Aujourd’hui, je prends vraiment du plaisir à le monter. Je n’en reviens pas ! Il s’avère que mon étalon arabe est un gros nounours qui adore les câlins ! Il est gentil, doux, joueur. Il n’est pas fourbe du tout, ne mors pas et ne botte pas."

Au-delà d’un investissement financier (environ 300 à 400 euros par mois entre la nourriture, la location du pré, la ferrure, les soins vétérinaires...), être propriétaire d’un cheval impose un investissement en temps. "Il faut bien réfléchir avant de se lancer dans une telle aventure, mais je ne le regrette pas. Je vais voir Ouragan matin et soir, pour le nourrir, le brosser, nettoyer son box. Début novembre, il s’est blessé, une tendinite au postérieur gauche. Tous les jours, j’ai dû le masser avec un gel, lui donner des anti-inflammatoire. Il a dû rester au repos forcé dans son box pendant trois semaines. Je le sors en main tous les jours. Je vais bientôt pouvoir le remettre au pré, mais en clôturant une petite partie pour ne pas qu’il fasse le dingue à courir partout au risque que ça recommence..."

JPEG - 62.4 ko
Ouragan
"Il s’avère que mon étalon arabe est un gros nounours qui adore les câlins", explique Elodie.

Enregistrer au format PDF
Pour en savoir +  Pour suivre l’histoire d’Ouragan, connecte-toi sur le blog d’Elodie

Répondre à cet article

Extra Muros


RÉSEAUX SOCIAUX

facebook

LIENS UTILES

LIENS MUNICIPAUX

GO EN LIGNE

ARCHIVES

Consulter les articles archivés

DROITS D'AUTEURS


Creative Commons License
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons.