PRÉVENTION

ET SI ON PARLAIT SEXUALITÉ ?

par Redac le 11-01-2011  post 0 lien

Pascale Nolent, militante au Mouvement français pour le Planning Familial, intervient régulièrement dans les établissements scolaires pour parler de sexualité sans tabou. Chaque année, elle s’adresse aux élèves de 3ème et de classes Segpa au collège Gustave-Courbet.


JPEG - 39.8 ko
Pascale Nolent
Pascale Nolent, militante au Mouvement Français pour le Planning Familial, tient une permanence au centre social Agies, de Gonfreville l’Orcher, le jeudi, de 14h à 16h.

Vendredi 7 janvier, salle 107 au 1er étage du collège Courbet. Les élèves de 3ème 5 sont réunis pour aborder le thème de la sexualité, pendant 1h30, avec Pascale Nolent, du Planning Familial. Ou du moins l’écouter. Car parler sexualité lorsqu’on est ado n’est pas chose aisée… Pascale adopte un ton décontracté. Ça étonne les collégiens et cela provoque quelques rires gênés. "Nous allons parler de masturbation, d’anatomie et de contraception. Avant de parler sexualité, on va parler du corps. C’est important de connaître son corps. Et souvent, les jeunes filles ne connaissent pas bien leur anatomie intime. Le mot médical utilisé est la vulve." Pascale sort un dessin et demande aux jeunes gens de décrire le sexe féminin. Premier exercice difficile et qui fait rougir l’assistance…

"Si vous ne connaissez pas la BD de Titeuf,Le Guide du Zizi sexuel de Zep, je vous conseille fortement de le lire. C’est très bien fait. Il y a un seul oubli, c’est le rôle du clitoris, l’organe du plaisir féminin, souligne Pascale Nolent. Il ne sert qu’à ça. Et dans certaines cultures, il est mutilé. C’est ce qu’on appelle l’excision. C’est bien-sûr interdit, mais il se pratique illégalement encore trop souvent. Le vagin est un muscle d’environ 6 cm. Il s’adapte lors du rapport sexuel. Alors Messieurs, la taille, on s’en fout !" Rire général…

L’âge moyen du premier rapport sexuel n’a pas tellement changé en trente ans. Il est de 16 ans pour les filles et de 17 ans pour les garçons. "Un premier rapport sexuel ne doit pas faire mal s’il est voulu. Les garçons, on ne force jamais sa copine. Dans mes permanences, j’entends, trop de jeunes filles qui me disent qu’elles ont eu des premiers rapports alors qu’elles n’étaient pas prêtes. Et on n’oublie pas de se protéger avec un préservatif. C’est important pour se protéger des maladies sexuellement transmissibles, mais aussi pour éviter d’être enceinte." Petit tour d’horizon des moyens contraceptifs : pilule, implant, stérilet, préservatifs masculin et féminin. "La pilule est arrivée sur le marché français en 1967. Elle peut vous être prescrite, anonymement, dans les centres de planification. En cas de rupture de préservatif, pensez à la pilule du lendemain. Elle est gratuite pour les mineures et délivrée anonymement dans les pharmacies, insiste Pascale Nolent. Vous connaissez tous le préservatif masculin, mais il existe aussi un préservatif féminin. Il peut être placé longtemps avant et retiré plusieurs heures après le rapport sexuel."

JPEG - 42.2 ko
Pascale Nolent
Pascale Nolent, du Planning Familial, explique les avantages de l’utilisation du préservatif féminin aux collégiens.

Même s’ils se sont fait timides, les collégiens ont apprécié la rencontre avec Pascale Nolent et sa façon d’aborder le sujet de la sexualité. A la fin de l’intervention, chaque élève a pu, s’il le souhaitait, repartir avec un préservatif dans la poche.

Pour info, vous pouvez vous procurer gratuitement des préservatifs (masculins et féminins) à l’accueil du service Jeunesse de la ville.

Pascale Nolent tient une permanence au centre social Agies, le jeudi, de 14h à 16h.
Rendez-vous conseillé en appelant au 02 35 45 44 75.


Enregistrer au format PDF
articles liés

Extra Muros


RÉSEAUX SOCIAUX

facebook

LIENS UTILES

LIENS MUNICIPAUX

GO EN LIGNE

ARCHIVES

Consulter les articles archivés

DROITS D'AUTEURS


Creative Commons License
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons.