Jeunes Gonfrevillais.fr

le blog municipal des jeunes gonfrevillais

Vous êtes ici : Accueil » Actu » Initiatives » De retour des camps sahraouis

Voyage

De retour des camps sahraouis

D 10 mai 2011     A Redac    

Lucie De Lamorinière (18 ans) est partie, avec quelques membres du comité de jumelage et des élus gonfrevillais, dans les camps de réfugiés sahraouis dans le désert algérien, du 12 au 20 avril dernier. Une rencontre avec les Sahraouis dont elle revient différente…

JPEG - 57.5 ko
Lucie Delamorinière
Lucie dans le camp de El Ayoun avec un petit garçon sahraoui.

Depuis cinq ans, Lucie et ses parents sont famille d’accueil pendant l’été lorsque le comité de jumelage de Gonfreville l’Orcher reçoit des enfants sahraouis. "Ça faisait un moment que j’avais envie de partir dans les camps sahraouis pour me rendre compte de leurs conditions de vie, mais je ne me sentais pas encore prête. Puis, l’été dernier, j’ai sauté le pas et officialisé ma demande auprès de Serge Lebret, le président du comité de jumelage. J’ai attendu avec impatience le départ et je ne suis pas déçue du voyage", souligne Lucie De Lamorinière, jeune gonfrevillaise de 18 ans.

La délégation gonfrevillaise, composée de Marc Guérin (adjoint au maire chargé des Ressources humaines), d’Aline Bekhedda (conseillère municipale) et de cinq membres du comité de jumelage, s’est rendue dans les campements sahraouis installés dans le désert algérien. "Même si j’avais vu pas mal de photos, je ne m’attendais pas à tant de misère. Les conditions de vie dans les camps sont vraiment précaires. Cependant, même s’ils manquent de beaucoup de choses, les Sahraouis sont des gens très accueillants et qui ont une réelle notion du partage. J’ai été surprise par leurs sourires constants. C’est une vraie leçon de vie."

JPEG - 59.8 ko
Voyage dans les camps de réfugiés sahraouis
Dégustation de thé dans la famille d’accueil à El Ayoun.

Le voyage a commencé dans le campement de réfugiés de El-Ayoun, où la délégation a assisté au mariage de la fille de l’accompagnante. "Nous avons aussitôt été immergés. Changement radical de culture et d’ambiance. La fête était séparée en deux, avec les hommes d’un côté et les femmes et les enfants de l’autre. Nous avons mangé un repas traditionnel, un ragoût de chameau. J’ai trouvé le plat très bon."

JPEG - 62.3 ko
Voyage dans les camps de réfugiés sahraouis
Lucie a retrouvé Fahrah, une jeune fille sahraouie qu’elle avait accueillie chez elle à Gonfreville l’Orcher, il y a cinq ans.

Au bout de deux jours, direction J’Réfia,le camp jumelé avec la ville de Gonfreville l’Orcher. "J’y ai retrouvé plusieurs jeunes filles qui étaient venues chez moi les étés précédents. J’ai cherché leurs maisons et elles ont été très surprises de me voir devant chez elle. Ce fut à la fois des retrouvailles bizarres et émouvantes." A J’Réfia, Lucie a vraiment découvert la vie des réfugiés sahraouis. "Nous avons rencontré les membres du conseil municipal de J’Réfia. Nous avons visité l’école, le dispensaire, la crèche, le centre pour handicapés… Même s’ils n’ont pas beaucoup de moyens matériels, ils sont relativement bien organisés", s’étonne encore Lucie.

JPEG - 65.3 ko
Voyage dans les camps de réfugiés sahraouis
La délégation gonfrevillaise au complet avec les membres du conseil municipal de J’Réfia.
JPEG - 51.5 ko
Voyage dans les camps de réfugiés sahraouis
A J’Réfia, visite d’une clinique qui soigne avec les plantes.

Les conditions climatiques pendant le séjour ne furent pas faciles. "Nous avons subi plusieurs tempêtes de sable. Nous étions obligés de nous calfeutrer dans les maisons, de mettre des lunettes de soleil pour se protéger les yeux quand on sortait. Avec le vent, le sable s’engouffrait partout, même dans la nourriture. On en a tous ramené involontairement dans nos bagages, précise Lucie. Il a également fait très chaud et sec, jusqu’à près de 45°C en journée. C’était étouffant, on manquait d’air. La nuit, je préférais dormir à la belle étoile pour profiter d’un peu de fraicheur."

La jeune gonfrevillaise n’a toutefois pas eu de difficulté à s’adapter. "A la base, je ne suis pas très aventurière, mais je n’ai pas souffert des conditions de vie. Aux toilettes, il y a avait pas mal d’insectes, alors j’ai préféré aller dans les dunes de sable. On se lavait à la bassine et surtout avec des lingettes. C’est vrai qu’au retour j’ai apprécié de prendre un bon bain. Cette expérience dans le désert fait relativiser beaucoup de choses. Je n’ai plus envie de gaspiller de l’eau ni même de la nourriture."

JPEG - 54.6 ko
Voyage dans les camps de réfugiés sahraouis
Lucie avec les enfants sahraouis d’El Ayoun. Elle garde de bons souvenirs de toutes ces rencontres.

Le séjour s’est terminé par le camp du "27 février" (en 1976, cette date marque la création de la République arabe sahraouie démocratique par le Front Polisario). "Nous sommes restés deux jours dans une famille amie du comité. Nous sommes allés au marché typique de Smara. J’ai participé à la préparation de repas, j’ai bien sympathisé avec les membres de la famille", se réjouit la jeune fille. Pour Lucie, le séjour dans les camps est passé trop vite. "J’ai eu du mal à partir, je serais bien restée quelques jours de plus, car je me suis vraiment sentie à l’aise avec ces gens très accueillants. Ça restera un voyage inoubliable. J’ai envie d’y retourner, mais la prochaine fois ce sera avec un projet pour les aider et leur être utile. Je ne sais pas encore quoi faire, mais je vais y réfléchir…"


La municipalité et le comité de jumelage vont recevoir une dizaine d’enfants sahraouis entre le 22 juillet et le 27 août. Si vous voulez participer à l’accueil dans la commune, téléphonez au 02 35 47 01 03.

Enregistrer au format PDF

Dans la même rubrique

4 février – Le centre social fait des bulles

8 novembre 2018 – Le centre social en BD

24 septembre 2018 – Ready To’Go en action

13 mars 2018 – La nuit de l’eau

15 décembre 2017 – Mobilisées pour le Téléthon !

Rechercher

Brèves les + récentes

Prochainement

Voir tous les évènements

Radio Blog

HTML5 Audio Player with Playlist